Order 3 or more physical items and get 1¢ postal shipping
Christian Parent | Chopin: 4 Ballades, Fantaisie Op. 49, Berceuse, Barcarolle

Go To Artist Page

Album Links
Christian Parent website

More Artists From
CANADA - Québec

Other Genres You Will Love
Classical: Chopin Classical: Piano solo Moods: Featuring Piano
There are no items in your wishlist.

Chopin: 4 Ballades, Fantaisie Op. 49, Berceuse, Barcarolle

by Christian Parent

The expression "make the piano sing" takes all its significance in this authentic interpretation of Chopin by the pianist Christian Parent.
Genre: Classical: Chopin
Release Date: 

We'll ship when it's back in stock

Order now and we'll ship when it's back in stock, or enter your email below to be notified when it's back in stock.
Continue Shopping
available for download only
Share to Google +1

To listen to tracks you will need to update your browser to a recent version.

  Song Share Time Download
clip
1. Ballade En Sol Mineur: In G Minor, Op. 23, No. 1
9:02 $1.99
clip
2. Ballade En Fa Majeur: In F Major, Op. 38, No. 2
7:22 $1.99
clip
3. Ballade En La Bémol Majeur: In A-Flat Major, Op. 47, No. 3
6:43 $0.99
clip
4. Ballade En Fa Mineur: In F Minor, Op. 52, No. 4
10:55 $1.99
clip
5. Fantaisie En Fa Mineur: In F Minor, Op. 49
13:26 $2.99
clip
6. Berceuse En Ré Bémol Majeur: In D-Flat Major, Op. 57
4:32 $0.99
clip
7. Barcarolle En Fa Dièse Majeur: In F Sharp Major, Op. 60
7:39 $1.99
Downloads are available as MP3-320 files.

ABOUT THIS ALBUM


Album Notes
Frederic Chopin was born in Warsaw II (1810) and lived there until 1830. At this time, Poland was under the rule of Russia, and the year 1830 marked the beginning of the Polish rebellion against Russia. Unfortunately, this revolt failed and Chopin never returned to his country. The choice to establish himself in Paris was probably decided by his father's French origin. There he stayed until the end of his life (1849), with the exception of some excursions through Europe.

The works recorded here all come from this period of his life. They do not reflect the "national" character so evident in the Polonaises and the Mazurkas, but one can find the poetry, which takes its roots from Poland and makes this music universal. The forms are neither popular nor traditional (in particular in the Ballades). These pieces have Chopin's signature, rich vibrant harmonic and melodic music, which would remain popular and travel across Europe for the remainder of the century.

The Four Ballades

One is aware of Chopin as a virtuoso pianist which took piano music to unequal heights, but one often forgets his contribution to the development of the piano's own musical language. These four Ballades constitute the first purely instrumental "ballades" of the 19th Century. Known in its vocal format, the ballade was inspired by literary texts which obeyed simple strophic form. Chopin does not seem to have looked for inspiration in the literature. But for the 4 Ballades, he admitted to Robert Schumann that he was inspired by poems from the Polish poet Adam Mickiewicz (1798-1855) whose writings symbolized the revolt against the Russians. It is from this inspiration that the Ballades take their "national" character.

The first, Ballade in G minor op. 23, was composed over a period of 6 years being completed in 1836. After the introduction, two contrasting themes follow and confront each other in an explosion of virtuosity, one of a hesitant character, the other positive and lyrical. Finally, in a section marked presto con fuoco, begins a grand coda, a sample of the pianistic skills of Chopin that fascinated the Parisian audience right from his arrival.

The second, Ballade in F major op. 38, (1839), is dedicated to Robert Schumann and is an extraordinary example of the development of musical writing. Bernard Gavoty notes that the dramatic episodes of the composition played slowly, appear as an avant-garde harmonic structure based on a succession of augmented fifths, bold harmonies and dissonances.

The third, Ballade in A flat major op. 47 (1840-41) is characteristic of the romantic and virtuoso piano writing of the 19th Century. A lyrical theme calm and elegant is followed by a more dynamic one. In the fiery development section, Chopin made use of his artistic gifts to create a structure which allowed him to express his feelings freely, but which would not interfere with the overall format of the composition. The closing moments of this Ballade have the first theme recurring in an immense dazzling tutti.

The fourth, Ballade in F minor op. 52 (1842) is one of the most well-known and the most striking of Chopin's. Less impressive than the other three Ballades it remained for a long time less popular than the third. It is characterized by a musical writing where the harmonic and the structural development followed Chopin's own musical growth. Even with the variations, imitation of entries and counterpoint, the theme keeps its improvisatory character.

The Fantasy in F minor op. 49

This Fantasy written in 1841 is characterized by a rich grand melody and despite its name "fantasy", it is presented in a very balanced structure. By a succession of slow and fast passages, Chopin condenses in a short time a series of emotions and sensations. Alfred Cortot recalls a certain dream Chopin had many times prior to composing this piece, that had him dying in a hospital bed. This dream seems to have had a profound effect on him. The first part of the Fantasy in a tempo di marcha is complete in itself; it is built on two march motifs and finish in a coda. The composer develops a second section which leads us to a somber theme in the central allegro. Then appears a triumphant atmosphere that follows after a new march. This doesn't last long and leads back to the theme in allegro. In the second half, Chopin introduces one of his melodic inventions. This page of music written in a "choral" format shows the expressive intensity, only increased by its short duration. After only a few measures, the composition concludes with an agitato, that repeats the themes of the first section.

The Berceuse in D flat major op. 57

With its piano dexterity, melodic invention, charm and grace, these are all combined to make the Berceuse (1845), one of the most popular pieces of Chopin. With a left hand pedal and an ostinato figure throughout the composition, the Berceuse is characterized by a theme in four measures that continually transforms. The variations skillfully lead the listener to an impression of improvisation. This manner of writing is probably the secret of this small gem.

The Barcarolle in F sharp major op. 60

The Barcarolle (1846) was originally a popular song of the Venetian Gondoliers. However, it is only the pining character that Chopin kept. He only wrote one Barcarolle and it has become one of the most appreciated works even to today. It was probably inspired by the voyage George Sand made to Venice with Alfred de Musset. This escapade surely profoundly wounded Chopin. The beginning of the work starts with a simple theme which could be sung and accompanied by a guitar, the development of the theme leads rapidly to where the interpreter exploits all the resources of the piano. The Barcarolle possesses a character less dramatic than the Ballades. Its intimate character is achieved mainly by the melodic lines whose lyricism suggests Rossini. The harmony here is unique, and it has been said by more than one musicologist, that the Barcarolle influenced the piano works of composers from the end of the 19th and to the beginning of the 20th Century, like those of Debussy.

Michel Duchesneau (Translation: Peter MIles)


Frédéric Chopin est né à Varsovie en 1810 où il vécut jusqu'en 1830. La Pologne est alors sous le joug de la Russie et l'année 1830 marque le début du soulèvement des Polonais contre l'autorité russe. Malheureusement, cette révolte échoue et Chopin décide de ne plus revenir dans son pays. Le choix de s'établir à Paris lui est probablement dicté par son origine française provenant de son père. Il y restera jusqu'à la fin de ses jours en 1849, à l'exception de quelques voyages à travers l'Europe.

Les œuvres enregistrées sur ce disque datent toutes de cette période de sa vie. Elles ne reflètent pas autant le caractère « national » de sa musique tel qu'on le connaît dans ses Polonaises ou ses Mazurkas, mais on y découvre une poésie qui, bien que prenant ses racines en Pologne, rend cette musique universelle. Les formes n'y sont ni populaires, ni traditionnelles (tout particulièrement dans les quatre Ballades). Ces œuvres sont la voix même de Chopin, témoignages vibrants d'une musique de piano riche tant au point de vue harmonique que mélodique, musique qui fera école à travers l'Europe pour le reste du siècle.

Les quatre Ballades

On connaît Chopin comme un pianiste virtuose qui amena la musique de piano à des sommets jusque-là inégalés, mais on oublie peut-être trop souvent sa contribution au développement du langage musical. Ces quatre Ballades constituent les premières «ballades» purement instrumentales du XIXe siècle; en effet, connue sous sa forme vocale, la ballade est inspirée d'un texte littéraire qui obéit à une structure strophique simple. Chopin ne semble pas avoir souvent cherché l'inspiration auprès de la littérature. Mais pour ces quatre Ballades, il avoua à Robert Schumann s'être inspiré de plusieurs poèmes d'Adam Mickiewicz (1798-1855), poète polonais qui incarna dans ses écrits la révolte contre les Russes. C'est de cette inspiration que les Ballades tirent leur caractère « national».

La composition de la première Ballade en sol mineur op. 23 s'échelonna sur six ans et fut terminée en 1836. Après l'introduction, deux thèmes se succèdent, puis, dans un déchaînement de virtuosité ils s'opposent, l'un par son caractère hésitant, l'autre par son caractère affirmé et lyrique. Finalement, dans un mouvement marqué presto con fuoco, débute une grande coda, témoin de la maîtrise pianistique de Chopin qui fascine les Parisiens dès l'arrivée de celui-ci.

La deuxième Ballade en fa majeur op. 38 (1839) dédiée à Schumann constitue un exemple extraordinaire de l'avancement de l'écriture musicale. Bernard Gavoty note à juste titre que les épisodes dramatiques de l'œuvre joués lentement, font apparaître une écriture harmonique d'avant-garde basée sur des successions de quintes augmentées, des enharmonies et des dissonances hardies.

La troisième Ballade en la bémol majeur op. 47 (1840-41) est caractéristique de l'écriture romantique et virtuose du piano au XIXe siècle. Un thème lyrique, calme et élégant, est suivi d'un deuxième, plus dynamique. Dans un développement enflammé, Chopin met à profit ses dons d'artisan pour créer une structure qui laisse libre cours aux sensations sans pour autant négliger la cohérence du tout. C'est ainsi que l'apothéose de cette Ballade n'est autre que le premier thème repris dans un immense tutti éclatant.

La quatrième Ballade en fa mineur op. 52 (1842) constitue probablement l'une des œuvres les plus connues et les plus marquantes de Chopin. Moins impressionnante que les trois autres Ballades de par son intériorité, elle fut longtemps moins populaire que la troisième. Elle se caractérise par une écriture musicale où les développements harmoniques et formels suivent des voies avancées personnelles à Chopin. Tout en se développant par l'intermédiaire de procédés comme la variation, les entrées en imitation et le contrepoint, le thème conserve son caractère d'improvisation.

La Fantaisie en fa mineur op. 49

Cette Fantaisie écrite en 1841 se caractérise par une grande richesse mélodique et malgré son nom de «fantaisie», elle présente une structure très équilibrée. Par une succession de passages lents et vifs, Chopin condense en un temps très court une série d'émotions et de sensations. D'après Alfred Cortot, celles-ci se rattacheraient à un rêve que Chopin fit quelque temps avant de composer cette œuvre. Il mentionne dans sa correspondance qu'il s'est vu mourir sur un lit d'hôpital. Cette vision semble l'avoir profondément marqué. La première partie de la Fantaisie sur un tempo di marcha constitue un tout en soi; elle est bâtie sur deux motifs de marches et se termine par une coda. Le compositeur développe alors une seconde section qui nous amène au thème sombre de l'allegro central. Puis c'est l'apparition d'une atmosphère triomphale qui s'enchaîne à une nouvelle marche. Celle-ci ne dure pas et ramène le thème de l'allegro. Dans une seconde partie, Chopin présente l'une de ses inventions mélodiques. Cette page de musique écrite sous la forme « choral » voit son intensité expressive décuplée par sa courte durée. En effet, après ces quelques mesures, l'œuvre se termine par un agitato qui reprend les thèmes de la première partie.

La Berceuse en ré bémol majeur op. 57

Une écriture nécessitant une impressionnante dextérité pianistique, une grande invention mélodique, un charme et une grâce sans pareils se conjuguent pour faire de la Berceuse (1845) l'une des œuvres de Chopin les plus populaires. Construite sur une pédale et une figure d'ostinato présentes tout au long de la pièce, la Berceuse se caractérise par un thème de quatre mesures continuellement transformé. Ces variations sont si adroitement amenées qu'elles laissent l'auditeur sur une impression d'improvisation plutôt que sur celle d'un savant travail d'écriture musicale. C'est probablement là où réside le secret de cette petite merveille.

La Barcarolle en fa dièse majeur op. 60

La Barcarolle (1846) est à l'origine une chanson populaire des gondoliers vénitiens. De cette origine, il ne lui reste que son caractère langoureux. Chopin n'a écrit qu'une Barcarolle et elle constitue avec la Berceuse l'une de ses œuvres les plus appréciées jusqu'à ce jour. Elle lui fut probablement inspirée par un voyage que George Sand fit à Venise avec Alfred de Musset. Cette escapade blessa sûrement profondément Chopin. Si le début de l'œuvre énonce un thème simple qui pourrait être chanté et accompagné à la guitare, le développement de ce thème amène rapidement l'interprète à exploiter toutes les ressources du piano. La Barcarolle possède un caractère moins dramatique que les Ballades. Son intériorité se traduit par des lignes mélodiques dominantes dont le lyrisme rappelle Rossini. L'harmonie y est particulière, si peu conventionnelle qu'elle fait dire à plus d'un musicologue que la Barcarolle influencera les œuvres pour piano des compositeurs de la fin du XIXe siècle et du début du XXe tels que Debussy.

Michel Duchesneau




Read more...

Reviews


to write a review