Pierre Faa | Ginkgo Biloba

Go To Artist Page

Recommended if You Like
Alain Chamfort Etienne Daho William Sheller

More Artists From
FRANCE

Other Genres You Will Love
Pop: French Pop Folk: Singer/Songwriter Moods: Featuring Piano
Sell your music everywhere
There are no items in your wishlist.

Ginkgo Biloba

by Pierre Faa

Feels like I'm still 8, and I created a little dream house underneath the piano, with fabric walls, cushions, picture books, boxes full of childhood treasures... And you're invited for tea...
Genre: Pop: French Pop
Release Date: 

We'll ship when it's back in stock

Order now and we'll ship when it's back in stock, or enter your email below to be notified when it's back in stock.
Continue Shopping
just a few left.
order now!
Buy 2 or more of this title's physical copies and get 10% off
Share to Google +1

To listen to tracks you will need to update your browser to a recent version.

  Song Share Time Download
clip
1. Basse Batterie Guitare
2:49 album only
clip
2. Je N'attends Rien
3:24 album only
clip
3. Nébuleuse
3:43 album only
clip
4. Parisienne
3:42 album only
clip
5. Porte
3:09 album only
clip
6. Ginkgo Biloba
5:03 album only
clip
7. Statues Qui Dansent (feat. Elisa Point)
3:26 album only
clip
8. Un Mot Pour Ça
4:42 album only
clip
9. (Song For) Jay
3:33 album only
clip
10. À Ma Fenêtre
3:26 album only
clip
11. Sans Importance
3:22 album only
clip
12. La Mer, La Nuit
4:56 album only

ABOUT THIS ALBUM


Album Notes
Une belle carrière, pour moi ce serait comme une maison sous le piano, avec du tissu, des coussins, des trésors, des bouquins, une lampe de poche... Une cabane de vieil enfant où l’on peut inviter qui le souhaite, partager des connivences qui sont impossibles dans la foule. Se sentir proches. Proximité d’une voix. Proximité de sentiments, de questions, de doutes...
Ce n’est pas de l’imaginaire, de l’invention, c’est la réalité intérieure. La réalité des émotions, des ressentis, qui colorent si fort le monde extérieur. J’essaie d’en dire des choses que je n’ai pas déjà entendues ailleurs. Je parle de regards brûlants-frôlés, dans une Asie d’autochromes («Un mot pour ça»). Je parle de l’impression de se reconnaître dans un pays lointain, sous un «Ginkgo-Biloba». Je parle d’un ami qui vous veut du bien («Song for Jay»), qui réveille les esprits. Je parle de cet animal immense qui est «La mer, la nuit », un infini de poche revolver. Je parle de l’âge d’or de la pop, de cette exaltation dont il reste un écho («Basse, batterie, guitare»). Je dis que la vérité est toujours un mélange, un chaos, une «Nébuleuse». Et je me demande (en la précieuse compagnie d’Elisa Point) jusqu’à quel point nous pouvons changer ce que nous sommes («Statues qui dansent»).
Tout cela, je le dis avec la musique aussi, avec des suites d’accords qui se méfient des chemins établis, avec du vrai piano et des claviers jouet, organique ou synthétique, tout est permis. Je le dis avec une voix qui vise l’affection plus que l’admiration. D’une manière qui m’est simple, qui est mon naturel. Je ne suis les traces de personne en particulier
(j’ai des préférences, certes, mais aucune référence). Voilà, je suis comme une île. Pas si loin que ça du continent, à portée de rêve. Pas question d’envahir, d’éblouir, d’être au centre ou au devant. Ce n’est pas l’enjeu. Juste exister, être présent sur la carte, pour ceux qui s’y reconnaissent.

Read more...

Reviews


to write a review