Order 3 or more physical items and get 1¢ shipping
Thomas Chevalier | Contes des coeurs perdus

Go To Artist Page

Recommended if You Like
Georges Brassens Jacques Brel Serges Gainsbourg

More Artists From
CANADA - Saskatchewan

Other Genres You Will Love
Folk: Fingerstyle Folk: Traditional Folk Moods: Type: Acoustic
There are no items in your wishlist.

Contes des coeurs perdus

by Thomas Chevalier

Thomas Chevalier is a proud francophone classical guitarist who takes inspiration from Georges Brassens to create simple folk music to move your soul.
Genre: Folk: Fingerstyle
Release Date: 

We'll ship when it's back in stock

Order now and we'll ship when it's back in stock, or enter your email below to be notified when it's back in stock.
Sign up for the CD Baby Newsletter
Your email address will not be sold for any reason.
Continue Shopping
available for download only
Share to Google +1

To listen to tracks you will need to update your browser to a recent version.

  Song Share Time Download
clip
1. Une marmotte dans la nuit
0:36 $0.99
clip
2. L'or
3:11 $0.99
clip
3. Savoir
2:57 $0.99
clip
4. Ce chemin de fer
3:44 $0.99
clip
5. On Y Va
2:52 $0.99
clip
6. Petit lapin
3:05 $0.99
clip
7. La jacouzie
2:43 $0.99
clip
8. La chronique
2:53 $0.99
clip
9. La maison
3:03 $0.99
Downloads are available as MP3-320 files.

ABOUT THIS ALBUM


Album Notes
Recorded and produced at SoulSound Studios by Orion Paradis in Regina, Saskatchewan.

Art by Patrick Tkachuk.

Paroles/Lyrics:

1. Intro Instrumentale

2. L'Or
Moi, je suis un homme,
Du passé, mais pour maintenant,
Je suis là, cherchant, mon amour,

Elle s’est trouvée,
Décédée, car une soirée,
Elle s'est poignardée dans le cou,

Mais c'était qu'un rêve,
La beauté de la conscience,
Parfois je pense y croire,
Peut-être j'ai tort,

Moi, comme un gars,
Essayant d'être comme papa,
Je suis mort,
Cherchant, mon amour,
Il s’est noyé,
Dans un lac proche d'où de je suis né,
Toujours, cherchant, son amour,

Mais c'était qu'un rêve,
La beauté de la conscience,
Parfois je pense y croire,
Peut-être j'ai tort,

Je me suis trouvé, dans la ville de chagrin,
Un homme, dans la rue, m'a dit vous, n'êtes pas mort,
Je me suis trouvé, un ange dans la rue,
Il m'a dit, levez-toi,
C'est l'amour qui fait l'or,

Mais c'était qu'un rêve,
La beauté de la conscience,
Parfois je pense y croire,
Peut-être j'ai tort,

3. Savoir
Une journée dans la pluie,
Moi et mon ami,
On est allé en ville,
Pour soigner notre soif et,
Étant trouvé,
On a tant bu et,
Étant donné je pense, qu’on boit encore,
Et on était bourrés comme des gros cochons,
Mais on le savait bien,
Oui on le savait bien,
Et partout on allait on avait bonne chance,
Et on le savait bien,
On le savait bien,

Et parfois, je pense, que la vie, est trop bonne,
Parfois, je rêve en couleur,
Parfois, je pense, que mes rêves sont trop cochonnes,
Et là, sans savoir, j'y été

Une journée dans la pluie,
Moi et mon ami,
On est allé en ville,
Pour trouver du tabac et,
Étant trouvé,
On a tant fumé,
Étant donné je pense, qu’on fume encore
Et on était bourrés comme des grosses cheminées
Mais on le savait bien
Oui on le savait bien
Et partout on allait on avait bonne chance
Et on le savait bien
On le savait bien

Et parfois, je pense, que la vie, est trop bonne
Parfois, je rêve en couleur,
Parfois, je pleure dans la nuit, peut-être mes rêves sont trop cochonnes,
Et là, sans savoir, j'y été

Et parfois, je pense, que la vie, est trop bonne
Parfois, je rêve en couleur,
Parfois, je pleure dans la nuit, que mes rêves sont trop cochonnes,
Et là, sans savoir, j'y été

4. Ce Chemin de Fer
Une fois je me suis enfui de mon âme,
J'aimais la vie très bien, mais c'était temps,
Donc quand le train il est venu,
J'ai sauté la boite,
Je ne suis pas revenu depuis,
Je manque mes amis presque chaque jour,
Quand le soleil se couche encore,
Mais ce train il roule toujours,
Je ne peux pas en sortir,
Est-ce que quelqu'un peut m’aider?

Je crie au secours,
Dans la nuit et dans le jour,
Personne ne m’entend peut-être je rêve,
Je crie aider moi, s’il te plait aider moi,
Mais personne ne m’entend peut-être je rêve,
Ce chemin de fer roule toujours,

J'ai voyagé le monde, sans paye,
J'ai presque crevé de faim, mais je suis ok,
Mais ce train il roule toujours,
Je ne peux pas en sortir
Est-ce que quelqu'un peut m’aider?
Je manque ma famille presque chaque jour
Quand le soleil se lève encore,
Mais ce train il roule toujours
Je ne peux pas en sortir,
Est-ce que quelqu'un peut m’aider?

Je crie au secours,
Dans la nuit et dans le jour,
Personne ne m’entend peut-être je rêve,
Je crie aider moi, s’il te plait aider moi,
Mais personne ne m’entend peut-être je rêve,
Ce chemin de fer roule toujours,

Ce chemin de fer roule toujours,
Ce chemin de fer roule toujours,
Ce chemin de fer roule toujours,
Ce chemin de fer roule toujours...

5. On Y Va
Alors, on y va,
Chez la belle grand-mère,
Pour retrouver la paix, peut-être la soupe du jour,
Alors, on y va,
Chez la belle grand-mère,
Pour retrouver la paix et l'amour,
Je moi je ne sais pas,
Si j’aurais le courage pour lui dire,
Que je l'aime très bien,
Les jours passeraient aux nuits,
Et là je m'ennuierais d'autres temps,
Mais ça va,

Comment m'avez-vous trouvé?
Je cachais ici pour un bon temps
Pensant, au plus pire au monde
Mais tu es là,
Comment, m'avez-vous trouvé?
Je cachais ici pour un bon temps,
Pensant, au plus pire au monde,
Mais tu es là,

Alors, on y va,
Chez le très beau père,
Pour retrouver l'humour, peut-être la discipline,
Alors, retournons,
Chez la belle grand-mère,
Pour retrouver la paix et l'amour,
Je moi je ne sais pas,
Si j’aurais le courage pour lui dire,
Que je l'aime très bien,
Les jours passeraient aux nuits,
Et là je m'ennuierais d'autres temps,
Mais ça va,

Comment m'avez-vous trouvé?
Je cachais ici pour un bon temps
Pensant, au plus pire au monde
Mais tu es là,
Comment, m'avez-vous trouvé?
Je cachais ici pour un bon temps,
Pensant, au plus pire au monde,
Mais tu es là,
6. Petit Lapin
Moi, je viens de loin,
Où le ciel fait l'amour avec la terre,
Et je, ne sais pas quand, que j'ai dit mes au revoir,
Alors j'attends, et j'attends,
Pour mon ami qui revient,
Et on le sait, qu'on se verra bientôt,
Et sur le vieux, même petit chemin,

Cours vite petit lapin dans la nuit
Apportez -moi vers le ciel
Aide-moi, a trouvé le courage
Aide-moi, à convaincre la peur
Cours vite petit lapin dans la nuit
Apportez -moi vers le ciel
Aide-moi, a trouvé le courage
Aide-moi, à convaincre la peur, oh oh oh oh

Moi, je viens de loin,
Ou l’océan fait l'amour avec le ciel
Et je, ne sais pas quand que j'ai dit mes au revoir,
Alors j'attends, et j'attends,
Pour mon ami qui revient,
Et on le sait, qu'on se verra bientôt,
Et sur le vieux, même petit chemin,

Cours vite petit lapin dans la nuit,
Apportez -moi vers le ciel,
Aide-moi, a trouvé le courage,
Aide-moi, à convaincre la peur,

Cours vite petit lapin dans la nuit,
Apportez -moi vers le ciel,
Aide-moi, a trouvé le courage,
Aide-moi, à convaincre la peur, ohohohoh

7. La Jacouzie
Dans, les trous, de mes cauchemars j'attends,
Après les morts,
D'un autre temps,
Dans, les trous, de ma mémoire j'attends,
Après les morts,
D'un autre temps,
J’attendrai,

J'ai retrouvé la vieille sorcière,
Je l'ai fait manger par ma marmotte, car il faisait beau,
Je ne voulais pas la guerre,
Mais des fois il le faut,
Des fois il le faut, il le faut, oh oh oh oh
Et comme une jacouzie, tourbillante, j'y tourne,

J'ai nettoyé le sang de celle qui me coûtait chèr,
J'ai fossoyé la terre ou j'ajouterai la misère,
Oh quelle misère,
Mais des fois il le faut
Des fois il le faut, j'en ai trop, oh oh oh oh
Et comme une jacouzie, tourbillante, j'y tourne,

Dans, les trous, de mes cauchemars j'attends,
Après les morts,
D'un autre temps,
Dans, les trous, de ma mémoire j'attends,
Après les morts,
D'un autre temps,
Toujours j'attends,
Dans, les trous, de mes cauchemars j'attendrai pour vous,
Après les morts,
Après la mort,

8. La Chronique
La chronique de Véronique,
Était celle d'une naufragée,
Déborder à la mer,
Quand ses parents l'ont quitté,
Vers le rouge,
Vers cette lumière rouge,
Et un beau jour, sans de raison,
Elle trouva son beau paiement,

Lorsqu'on pense que notre vie ne vaut plus rien,
Les couleurs changeront comme l'hiver,
Il faut se souvenir, du beau jour,
Sinon on tombera,
Mais ce n'est pas la fin, on vaut quelque chose,
Souviens-toi, du beau jour,

La chronique de Victoria,
Était celle d’une cochonne,
Car tous les jours et sans regret,
Elle trouve un homme payant,
C’est l’amour, non ce n’était pas l’amour,
Et un beau jour, sans de raison,
Elle quitte son beau emploi

Lorsqu'on pense que notre vie ne vaut plus rien,
Les couleurs changeront comme l'hiver,
Il faut se souvenir, du beau jour,
Sinon on tombera,
Mais ce n'est pas la fin, on vaut quelque chose,
Souviens-toi, du beau jour

9. La Maison
J'avais une famille et je les aimais bien,
J'ai perdu la chance une fois,
De leurs convaincre,
Que juste à cause je laisse, les mémoires d'un vieux temps,
Et la vie était meilleure quand je restais chez toi,

J'avais un ami et il étlait bien,
On buvait ensemble presque chaque hiver,
Mais il est parti l'ouest,
Mais rien n'a changé,
Et la vie était la même quand il est parti,

Moi j'espère être, plus fort qu'un homme,
Je ne penserais pas aux obstacles qui m'attendent
Des fois quand je rêve et mes peurs viennent en vie
Au moins je sais que je ne suis pas maudit,

J’ai tombé en amour, avec une belle,
Elle vivait toute proche et on voulait,
Elle est venue chez moi,
Mais ça ne marchait pas,
Et la vie était meilleure quand elle n'était plus là,

Ma belle-fille est née, je l'aimais bien,
Elle était brillante, et mon cœur vivait,
Mais le temps il passe trop vite,
Et là j'étais toute seule,
Et la vie était meilleure quand je vivais chez elle,

Moi j'espère être, plus fort qu'un homme,
Je ne penserais pas aux obstacles qui m'attendent
Des fois quand je rêve et mes peurs viennent en vie
Au moins je sais je ne suis pas maudit

Moi j'espère être, plus fort qu'un homme,
Si je savais quand j’ai acheté cette maison,
Quand je reverrais du beau jour où je suis parti,
Au moins je sais que c'est finalement fini,
Au moins je sais que nous sommes plus maudits

Read more...

Reviews


to write a review